Formule 1
Formule 1

A peine arrivé à mon hostel à Kuala Lumpur, sans trop de problème (il y a un bus pour venir de l’aéroport, puis un peu de Monorail pour aller à 500m de l’hostel, facile!), en fin d’après-midi tout de même, je discute avec un polonais qui m’annonce qu’il y a des places pour aller voir le grand prix de Formule 1 à 123RM (Ringits) soit 30€! 30€ pour aller voir un grand prix à l’étranger, connaissant ma passion pour les sports mécaniques, j’y réfléchis pas à deux fois et retourne à KL Sentral où il y a le stand, en espérant que ce sera toujours ouvert (car j’y suis vers 20h15). En plus, le polonais m’a dit que les places partaient comme des petits pains, ça serait ballot de rater cette occasion. En fait, les places sont sur une très grande étendue de gazon, avec un toit pour s’abriter au cas où, et donc le nombre de places est très très conséquent (des milliers de personnes facile), donc j’ai mon billet!

Sésame pour un spectacle mécanique!
Sésame pour un spectacle mécanique!

Et j’achèterai le billet de train/bus pour y aller le lendemain (vendredi, le grand prix étant le dimanche, mais il y a les essais et qualifications le vendredi et samedi). Il y en a pour 90 RM, soit 22,5€, presque aussi cher de transport que de ticket! Mais c’est l’option la plus coûteuse (ça je le découvrirai après) mais aussi la plus rapide.

Et voilà, comment je me retrouve à assister aux essais et qualifications d’un grand prix de Formule 1 le 3ème jour de mon séjour en Malaisie! En arrivant au circuit le samedi en début d’après-midi, je me surprends à avoir un grand sourire en arrivant derrière les « gradins », en entendant les Formule 1 qui roulent. Ca me rappelle le bol d’Or mais sauf que là, le bruit est bien plus fort, trop fort! J’ai pas pris mes boules Quies, et je le regrette aussitôt. Heureusement, j’ai mes écouteurs intra-auriculaires, qui isolent suffisament pour éviter de m’abimer les tympans. Il y a des courses de voitures de sport, c’est marrant mais gentillet, peu de spectacle car au final il y a pas mal de différences entre les niveaux des pilotes et leurs voitures, les bons restent devant.

Par contre, quand les Formules 1 viennent rouler, c’est tout simplement époustouflant de les voir en vrai. Les voitures sont collées à la route, ont une accélération impressionnante (en plus d’avoir un bruit qui ravira tout fan de sport mécanique) mais là où je suis resté bouche bée, c’est sur les freinages. Même si lors des courses de moto sur circuit, ils font des freinages de « trappeur », ici c’est un autre monde, ils passent de plus de 200km/h à 40 en quelques dizaines de mètres. Entre le voir à la télé et le voir en vrai, je comprends pourquoi les pilotes perdent plusieurs kilos à chaque course, là c’est flagrant.

Formule 1
Formule 1

Formule 1
Formule 1

J’ai aussi acheté des jumelles à 5€ au marché en bas de l’hostel, afin de mieux voir le spectacle, investissement modique qui sera bien rentabilisé lors du grand prix et puis le reste de mon voyage.
Par contre, j’ai renvoyé chez moi mon super zoom 70-200mm et là, je regrette… C’était THE occasion de l’utiliser, je me serai régalé, mais je me contenterai de mon 50mm, et des 21MP de mon réflex pour recadrer et avoir des photos qui soient tout de même chouettes.

Voici un exemple, avec l’image originale de la première image de l’article:

Formule 1 (photo originale)
Formule 1 (photo originale)

Et une version recadrée:

Formule 1
Formule 1

J’ai aussi voulu aller récupérer un autographe le dimanche midi, mai j’y suis arrivé un peu moins d’une heure avant et c’était pas du tout une bonne idée, 400m de queue, en plein soleil… Je reste 20min puis j’abdique, car ça sera pas possible: il y a 1h de séance d’autographes, pour plusieurs centaines de personnes qui attendent, y’en aura pas pour tout le monde…

J’assisterai au grand prix avec un anglais rencontré à l’hostel et on est bien contents d’être en dessous du toit car il tombe des trombes d’eau (le grand prix a même été arrêté pendant quasi une heure). Je repars pendant le dernier tour, et ne suis pas le seul à avoir cette idée…

Autant au bol d’or pour partir avant la fin de la course, c’était gérable, on monte sur sa moto et on y va. Ici, j’avais pas ma moto, seuls quelques bus « shuttle » qui font le tour du circuit pour ramener les gens au grand parking d’où partent les bus pour Kuala Lumpur. Et comme nous sommes des dizaines de milliers à partir au même moment, c’est les « bouchons ». J’abandonne directement l’option du bus shuttle pour retourner au parking en y allant à pied. Après m’être gouré de chemin, j’arrive enfin au parking de mon bus pour la gare, et il y a (encore) une queue de plusieurs centaines de personnes qui attendent. Je lis un journal local en attendant (plus d’une heure).

Y a un peu de monde (et là j'ai déjà fait une heure de queue!)
Y a un peu de monde (et là j'ai déjà fait une heure de queue!)

Je rentrerai chez mon couchsurfeur en ayant passé plus de 4h entre le moment où je suis parti des gradins et celui où j’arrive à l’appartement. Mais je m’en fous, j’ai le temps, et j’ai pu assister à un grand prix de formule 1 pour pas cher (si j’oublie mes estimations de budget journalier :D).
Bon, en passant, je me suis bien fait bouffé par les bestioles dans l’herbe (ça restera pendant une bonne semaine):

Fallait pas poser son bras dans l'herbe!
Fallait pas poser son bras dans l'herbe!